Histoire

La naissance du village

 

Quelques mégalithiques sont présents dans la région. En effet, des tribus gauloises étaient installées dans la forêt traversée du Sud au Nord par la rivière " La Vie " dont le nom est tiré de la langue celtique. Ce mot donnera aussi le nom de Vimoutiers.

Les armées romaines ont construit deux voies : l'une de Trun à Orbec et l'autre du Sap à Livarot. Des médailles romaines en argent et en bronze ont été retrouvées en 1840 près de la bruyère de Crouttes.

 

Au Ve siècle, Saint Lin (Saint Latuin) évangélisa la région troublée par les pirates venus du Nord d'où leur nom de Normands. Vimoutiers et les terres environnantes s'organisent en paroisse.

 

Les guerres du moyen-âge

 

Vers 911, la région est donnée à Rollon (Raoul), un seigneur danois, qui devient le premier Duc de Normandie. Vers 994, Richard Ier, fils de Guillaume Longue-Epée et petit-fils de Rollon, cède Vimoutiers et sa région à Osmond Gelth, un guerrier danois venu lui prêter main forte et après sa conversion au christianisme. La cession comprenait le domaine de Crouttes avec l'église et toutes ses dépendances, à l'exception de deux vavassories. Osmond Gelth fait rapidement don du domaine aux bénédictins de l'Abbaye de Jumièges. Quelques années plus tard, les chefs danois regagnèrent leur pays. Richard II le Bon, fils de Richard Ier confirma la possession de la région à l'Abbaye du Jumièges en 1024.

 

Vers 1040, Alain III, Duc de Bretagne, assiège la forteresse de Roger de Montgommery. Les troupes venaient de Falaise et traversèrent les bruyères de Creffy et les bois environnants pour aller combattre. Quelques jours plus tard, Alain III fut empoisonné et mourut à Vimoutiers.

 

En mai 1364, lors des guerres contre les anglais, Bertrand Duguesclin reprend les châteaux de Cisaye, Livarot, Vimoutiers et la forteresse de Chambois. Une légende dit qu'un combat eu lieu à Crouttes avant que Duguesclin s'arrête au Fort Fresnay à Fresnay le Samson.

 

Le prieuré Saint-Michel

 

Ancien prieuré bénédictin fondé à la fin du Xe siècle par l’abbaye du Jumièges, il a conservé l’essentiel de ses bâtiments liés à la vie agricole et religieuse des moines présents au prieuré jusqu’à la révolution française en 1789. La grange à dîme et la chapelle datent de la fin du XIIIe siècle, le pressoir fut bâti au XVe siècle.

 

Les 13 avril 1147, 26 avril 1156 et 4 août 1163, les papes Eugène III, Adrien IV et Alexandre III confirmèrent l'existence des églises Saint-Sauveur et Notre-Dame de Vimoutiers ainsi que du prieuré Saint-Michel de Crouttes.

 

Il a été vendu comme bien national à un particulier en 1792. C'est la famille Pellerin-des-Fondis qui en sera propriétaire jusqu'en 1980. Le peintre Charles-Alexandre Coëssin de la Fosse a passé son enfance dans ce qui était la demeure familiale.

 

La révolte des Gauthiers

 

La révolte des Gauthiers (ou jacquerie des Gauthiers) est une révolte paysanne du XVIe siècle. Elle se déroule au moment de la huitième guerre de religion (1588-1598) qui fut aussi appelée la guerre des Trois Henri, alors que la situation économique est préoccupante. La région est alors majoritairement catholique malgré l'influence montante de quelques centres protestants notamment au Mesnil-Imbert (ancienne commune qui fut annexée plus tard au Renouard). Ce temple fut partiellement détruit ultérieurement.

 

Cette révolte tire son nom du village de La Chapelle-Gauthier (près de Bernay) dans le département actuel de l'Eure d'où la révolte partit en 1589, à la suite du viol d’une femme par un soldat. Les révoltés sont rejoints par les villageois des alentours et réunit 6 000 hommes. Elle est surtout antifiscale.

 

Un dénommé Vaumartel en prend la tête mais le contrôle de la révolte est vite récupéré par les Ligueurs catholiques sous les ordres du Comte Charles de Cossé Brissac. Celui-ci envoie les Gauthiers combattre les troupes royales de François de Bourbon, duc de Montpensier et lieutenant d'Henri IV qui assiègent Falaise tenue par Philippe Lefebvre de la Boderie. Laissant Falaise, les troupes royales se portent à la rencontre des Gauthiers et remportent la victoire. Cossé-Brissac se réfugie à Falaise alors que Vaumartel est tué. Le reste des troupes paysannes se dirige vers Commeaux puis Vimoutiers, poursuivie par une partie de l'armée royale dirigée par le Duc de Montpensier. Il les poursuit jusqu'à la bruyère de Crouttes et les extermine presque complètement. Les survivants retournent à leur village en signant une promesse de ne plus prendre les armes.

 

Marie Harel et la fabrication du Camembert

 

Marie Harel (née Fontaine) est née à Crouttes le 28 avril 1761. Elle est considérée comme l'inventrice du camembert. Cela a été toutefois controversé puisqu'il se fabriquait, depuis la fin du XVIIe siècle, un fromage renommé dans le pays de Camembert. Thomas Corneille signale dans son dictionnaire géographique publié en 1708 qu'à Vimoutiers, se tient « tous les lundis un gros marché où l'on apporte les excellents fromages de Livarot et de Camembert ».

 

Marie Fontaine épouse Jacques Harel, laboureur à Roiville, le 10 mai 1785 à Camembert. Elle aurait bénéficié en 1791 des conseils d'un prêtre réfractaire de Brie caché au manoir de Beaumoncel où elle travaillait. Son principal mérite fut d'avoir été à l'origine d'une dynastie de fromagers entreprenants qui ont développé la fabrication du camembert à une grande échelle, notamment son petit-fils, Cyrille Paynel né en 1817 qui créa une fromagerie sur la commune du Mesnil-Mauger dans le Calvados.

 

La révolution

 

Le 24 juillet, un habitant de Saint-Germain de Montgommery arrive de Paris et annonce la prise de la Bastille. Vimoutiers s'agite.

 

Début 1800, les chouans du Pays d'Auge agitent la région et des combats ont lieu un peu partout. Le 14 janvier, une troupe de 200 hommes occupe la maison du citoyen François Aubin Pellerin Grandchamp Desfondis à Crouttes. Le 18 janvier, ils coupent l'arbre de la liberté de Vimoutiers.

 

La Seconde Guerre Mondiale

 

Les combats font rage dans la région durant la bataille de Normandie. Vimoutiers fut presque entièrement détruite par un bombardement américain (seule l'église est restée debout) le 14 juin 1944, faisant 200 morts.

La bataille de la poche de Chambois fut la dernière étape de la bataille de Normandie. Elle se déroula du 12 au 21 août 1944 entre Trun, Argentan, Vimoutiers et Chambois et se termine à Montormel. Vimoutiers a été libérée le 22 août 1944. Etant sur le trajet des Alliés, Crouttes a été libérée dans ces dates.

 

L'affaire Maupoint et Bouffay

 

L'affaire criminelle Hélène Maupoint et Henri Bouffay se déroula dans la ferme de Crouttes le 8 mai 1948. Amants diaboliques, Henri Bouffay, sur l'ordre d'Hélène Maupoint, assomma Gabriel Maupoint, son patron et rival, le noya en lui maintenant la tête dans l'eau, puis jeta le corps dans un puits. Les deux assassins ont été condamnés à mort après le jugement aux assises de l'Orne en mai 1949 mais furent graciés le 19 décembre 1949.

 

Les maires de Crouttes

 

Plusieurs maires se sont succédés depuis 1802 ; la majorité ont gardé leur poste pendant plus de 15 ans ! Pierre Giresse (1802-1832), François Moulin (1832-1843), François Alexandre (1843-1868), Pierre Moulin (1868-1872), Louis Favey (1872-1898), Louis Lecomte (1898-1912), Charles Chatel (1912-1918), Jules Ridel (1918-1934), René Hubert (1934-1968), Bernard Renault (1968-1989), Kléber Deslandes (1989- actuellement).

 

Les personnages célèbres de Crouttes

 

- Marie Harel, dont l'histoire a été évoquée précédemment, est née le 28 avril 1761 à Crouttes et meurt le 9 novembre 1844 à Vimoutiers.

- François-Louis Hébert est né le 14 septembre 1735 à Crouttes et a été massacré le 2 septembre 1792 à Paris. Il était un religieux, supérieur général des prêtres de la congrégation des eudistes, vouée à l’instruction de prêtres. Arrêté le 12 août 1792, il a été conduit à la prison des Carmes, où il a été tué dès le premier jour des massacres de Septembre. Ces exécutions s'inscrivaient dans un contexte de panique des révolutionnaires.

- Charles-Alexandre Coëssin de la Fosse était un peintre d'histoire académique, est né en 1829 à Lisieux et meurt en 1910 à Paris. Il a passé sa jeunesse au Prieuré Saint-Michel puis devint l'élève de François-Édouard Picot, puis de Thomas Couture. Il gagna Paris en 1857 pour sa première exposition. À compter de cette date, il présenta son travail au Salon. En 1882, il peignit L'Embuscade, qui reste son œuvre la plus connue. Typique de son style, elle représente une fois de plus le combat des chouans contre les républicains. Certaines de ses oeuvres sont encore sur la commune.

 

Démographie

 

La population atteignait 887 habitants en 1806. Elle a ensuite progressivement diminué pour atteindre 201 habitants en 1982. Puis, elle est remonté progressivement et le recensement de 2011 a compté 304 habitants.

 

Les principales sources bibliographiques ayant servies à la rédaction de ce texte sont les suivantes :

A. Pernelle : Histoire de Vimoutiers, Collection M.G. Micberth

P. et F. Rebulard-Mazet : 1000 ans d'histoire autour de Vimoutiers, Société historique de Vimoutiers.

Wikipédia.org

 

Texte : M. COUSTY